Un Dîner d’Epicure à Ste Suzanne pour le 175 ème anniversaire d’Auguste Escoffier

900
L’évènement a été célébré dans le monde entier depuis le début de l’année : la Réunion a aussi participé et a donc vécu son  Dîner gastronomique d’Epicure, à l’occasion du 175 ème anniversaire de la naissance de celui qu’ils appellent le Maître de la gastronomie : Auguste Escoffier. C’était samedi soir (30/10/21) au Bocage à Sainte Suzanne.
En 2021, les Disciples Escoffier du monde entier ont proposé un menu exceptionnel avec  une même ambition, celle-là même rêvée 109 ans plus tôt par le Cuisinier des Rois et Roi des Cuisiniers.
Ce jour-là, dans plus de 30 pays, des milliers de personnes « partout où les hommes de goût peuvent se rencontrer autour d’une bonne table » porteront un toast à Auguste Escoffier et à la Gastronomie Française.
Les membres des Disciples d’Escoffier Océan Indien lors de leur dernier Chapître Magistral d’Intronisation en 2021.

Un menu exceptionnel, ouvert au public.

Ce menu a donc été élaboré et servi par les Disciples Pays Réunion Océan Indien de A à Z, au Restaurant Le Bocage à Sainte Suzanne , lesquels ont également mis à contribution étudiants en cuisine, pâtisserie et apprentis pour leur transmettre leur savoir faire.

Le président Yves Bouvier , en tenue d’apparat, n’a pas caché sa satisfaction face à cet évènement qui a nécessité beaucoup de travail, notamment de sponsoring, de communication et de technicité.

 

 

 

 

Un évènement préparé 24h à l’avance à l’AFPAR

Le chef Jérémy Laup s’est montré particulièrement impliqué dans son rôle de formateur pour veiller avec zèle et constance la confection des mets, nécessitant une préparation de 24 heures.

Les étudiants en sont ressortis grandis, et appliqués.

L’album photo de la soirée 

(crédit by OIDAE, page Facebook)

Le principe du “Dîner d’Épicure”

Le même menu servi le même jour « partout où les hommes de goût peuvent se rencontrer autour d’une bonne table », tel est le principe des Dîners d’Épicure créés par Escoffier dont le « but était de démontrer l’excellence dela cuisine française dans le monde », et que ses Disciples reprennent maintenant chaque année. Selon les directives d’Escoffier, lors de la création des Dîners d’Épicure, les restaurateurs sont autorisés à y apporter des modifications. Et il précisait même que s’ils « ne pourront se procurer le poisson ou les primeurs indiqués dans le menu, ils ne seront pas tenus de se suicider pour cela » ! Il appartient donc à chaque Chef d’établir son menu en s’inspirant de ce modèle et d’en fixer un prix raisonnable. Ce qui compte – et c’était la grande idée d’Escoffier précisée lors de la création de ces Dîners – c’est de réunir simplement des gourmets et des gourmands autour d’une table ayant « avant tout un caractère de simplicité familiale ».

Son organisation selon Auguste Escoffier

➢ Le même dîner servi le même jour dans tous les pays
➢ Un menu luxueusement édité, de façon à devenir une œuvre d’art
➢ Une partie des bénéfices reversée à une œuvre caritative
➢ Le dernier toast porté le sera obligatoirement en l’honneur de la Cuisine française et en présence du chef de cuisine qui aura exécuté le Dîner

L’histoire des Dîners d’Épicure

Quelques mois après avoir fondé les Carnets d’Épicure, Auguste Escoffier crée la Ligue des gourmands avec des amis. L’idée leur en était venue au cours d’une de leurs conversations sur la cuisine et la gastronomie, le 25 février 1912. Avec Escoffier, les choses ne traînaient jamais ! Dès le 3 mars, la Ligue prend forme : création d’un comité composé de douze membres, siège à Londres, filiales en France et en Belgique, statuts rédigés ; information immédiate des lecteurs des Carnets d’Épicure et incitation à se mobiliser pour créer des comités locaux. Son objectif est de « démontrer partout dans le monde l’excellence de la cuisine française ».
La création de la Ligue des gourmands va permettre à Escoffier de réaliser un de ses vieux rêves : un dîner planétaire appelé Dîner d’Épicure et de démontrer en même temps que la cuisine française est bien loin d’être en décadence comme certains esprits chagrins le soutenaient alors. À partir du 3 mars 1912, date de création de la Ligue, l’affaire est montée en quelques semaines dans le plus grand secret. Les chefs des restaurants affiliés à la Ligue recevront un menu et des recettes rédigés et signés par Escoffier seulement dix jours avant, sous pli cacheté. Ils doivent le garder secret. S’ils le trahissent, ils seront exclus de la Ligue. Les journaux anglais et français informés du projet se heurtent à un refus de plus d’informations, ce qui ne fait qu’augmenter le suspense et les réservations dans les restaurants.
Le premier Dîner d’Épicure se déroule le 25 mai 1911, réunissant 300 personnes au Cecil Hôtel à Londres et plus de 4000 dans les 37 restaurants éparpillés dans le monde mais reliés par le téléphone et le télégraphe ce soir-là. Le premier télégramme vient de Sarah Bernhardt, célèbre comédienne et fidèle amie du Chef : « Je suis là parmi vous ; je prends part à cette jolie fête si française ; mes deux mains se tendent vers notre grand poète Richepin, vers mon cher ami Escoffier, vers vous, Gringoire qui chantez si joliment les fruits et les fleurs, vers vous tous enfin, amis de la poésie et délicats gourmets des réalités. » Toute la presse internationale se fit l’écho de cet “événement mondial”. C’est à cette occasion qu’Escoffier, créa, entre autres, les Fraises Sarah Bernhardt. Tous les deux mois, ces dîners se succédèrent, rassemblant de plus en plus de convives. Ils seront plus de 140 restaurateurs dans le monde (Londres, Paris, New-York, Pittsburgh, Bombay, Lahore etc.) lorsque se déroulera le dernier Dîner d’Épicure, le 14 juin 1914. La première Guerre Mondiale les stoppera brutalement, de même que les Carnets d’Épicure

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Gastronomic © Copyright 2020. Tous droits réservés.
Close
Gastronomic
X