Testé ce week end : les repas créoles de la Cabane aux épices à Saint-Benoît

204

Si l’établissement s’intitule ainsi, ce n’est pas pour rien. Les épices sont en effet très largement utilisés dans une cuisine du monde et surtout locale sous la houlette de la famille Gangnant, qui tient cette jolie case depuis plusieurs années, chemin Maingard à Saint Benoît, à deux pas du site de la Marine. La Cabane aux Epices, c’est avant tout un projet familial, et l’envie de régaler avec une cuisine agréable le public de l’est.

Car les restaurants dans cette commune se comptent sur les doigts d’une main quand il s’agit de très bien manger, et d’avoir ce petit côté bistronomique qu’on apprécie.

Ici, la carte est à l’ardoise, et change régulièrement en fonction des arrivages. Mais il y a les best sellers qui restent là, comme ce qui fait la spécialité de l’est : les bichiques et le bouillon coquille. On trouve aussi des grillades classiques (magret de canard, légine grillée car les gens adorent), mais on y trouve surtout les caris du jour.

Les terrasses sont larges, en bois, les murs en pierres, façon île Maurice, et le restaurant est entouré de verdure. On s’y sent bien immédiatement et le service est rapide avec pour commencer des cocktails délicieusement travaillés : 

Les verres, joliment dressés arrivent, accompagnés de leurs tapas créoles. Nous nous sommes laissés tentés par les samoussas, dont la pâte est ultra fine, et maison, les chips de racines, bonbons piment bien frits et dosés en terme de.. piment. Il y a même des beignets de crevettes et des piments farcis, avec un jeu de textures dans la panure.

Ensuite place au Palmiste.

Ce trésor gustative a été décliné en 3 façons :

  • en gratin

  • en salade, avec effeuillage maîtrisé et juste ce qu’il faut de vinaigrette pour réhausser sa saveur délicate.  

  • et enfin en cari, adossé à un excellent poulet fermier

Ici comme on vous l’a dit, tout est fait maison. Le canard qui a été récupéré en circuit court auprès d’un producteur de l’est, a été fumé. Puis accomodé en cari, et ici, l’école, c’est à la tomate (y’a généralement débat sur en mettre ou pas). Chez Mr Gangnant, on en met, et voici ce qui ressort de ses marmites :

Et que serait un bon repas créole sans le dessert qui va avec ? Nous avons vu arriver une jolie part de gâteau patate, dont on sentait bien le goût de la liqueur d’antan. Fleurs comestibles, boule de glace vanille et p’tite chantilly avec pistaches concassées. Un bon café et on repart.

Pour plus d’informations, visitez la page Facebook du restaurant La Cabane aux épices

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Gastronomic © Copyright 2020. Tous droits réservés.
Close
X