Une association engagée dans le développement de la riziculture à La Réunion ? Découvrez Riziculteurs Péi 974

950

Ce matin, Gastronomic avait rendez-vous au Guillaume (Saint-Paul) pour une conférence de presse très intéressante mais surtout nécessaire ! En effet, l’association « Riziculteurs Péi 974 » développe depuis plus de deux ans la filière riz à la Réunion.

Roland Turpin, président de l’association, n’en est pourtant pas à son coup d’essai. Et pour cause, puisque dans les années 1980, l’agriculteur réunionnais a réussi à récolter plus de 40 tonnes de riz ! Vite court-circuité à l’époque par des acteurs en quête de profit, le projet est tout de même resté dans un coin de sa tête…

“ Nous sommes partis de ces deux petits bocaux et une année plus tard, nous sommes déjà à plus de 10 kg récoltés grâce à ces simples semences ! ” s’exclame Roland Turpin

Avant tout, les terres réunionnaises sont tout à fait adaptées à la culture du riz pluvial (différent du riz aquatique en Asie). C’est pour cela que nos chers agriculteurs ont relancé l’expérience début 2020 grâce à la semence Durado. Le pari a largement été relevé puisqu’ont émergé de ces tests de micro parcelles de semence et même une première récole ! Ce qui leur manque aujourd’hui, c’est une décortiqueuse blanchisseuse de riz afin de pouvoir gérer la production et la commercialiser.

Mais au-delà des possibilités techniques, l’implantation de la riziculture à La Réunion devrait résonner comme une évidence en ces temps-ci, expliquent les membres de « Riziculteurs Péi 974 ». Les raisons sont nombreuses : le dérèglement climatique, le coronavirus ou encore les conflits politiques pourraient impliquer l’apparition de nombreuses pénuries ces années à venir.

Bien-sûr, avec plus de 50 000 tonnes consommées par an à La Réunion, cet aliment de base ne pourra pas être produit tout de suite en quantité suffisante. Seulement, si l’autonomie alimentaire totale n’est pas atteignable sur du moyen terme, le développement d’une filière riz péi serait tout de même bénéfique sur des aspects culturels et économiques.

Alors si vous êtes en possession d’un terrain et que la filière rizicole vous intéresse, n’hésitez pas à contacter Monsieur Frédéric AMANY, membre de l’association et citoyen engagé dans l’autonomie alimentaire : [email protected]

Join the Conversation

  1. Gobal-soumy roanny says:

    Bonjour je voudrai m’essayer à planter le riz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Gastronomic © Copyright 2020. Tous droits réservés.
Close
Gastronomic