Escapade gourmande et romantique au Dimitile 4 étoiles

148
Dans la série des hôtels dans les hauts de notre île : une nuit au Dimitile 4 étoiles de l’Entre Deux.
Nous y avons dîné afin que l’expérience soit la plus complète possible et nous étions un dimanche soir.
Restaurant très intimiste : choix entre la terrasse En bois bordée de végétation luxuriante ou le confort ouatée de la salle où l’on découvre une peinture spectaculaire du village , de ses montagnes, et l’hôtel, scénarisé, à ses pieds…..
Le restaurant s’appelle « Entre Nous » et ce soir il porte bien son nom car nous ne sommes que trois couples à dîner.
Pour ce soir, la carte simplifiée nous est proposée mais aussi une ardoise de suggestion faite exclusivement de grillades.
Nous constatons que la carte d’ailleurs a changé et ne correspond pas à ce qui figure dans la chambre.
Plusieurs choses m’attirent, comme une entrée à base de foie gras poêlé mais je devrai repasser car il est servi avec une des spécialités de la maison, achetée chez une productrice locale (Sarah Lucas) : le “rhum à manger”
Au final, nous décidons de manger dans une simplicité ultime.
Un mix grill de l’ardoise, qui initialement comportait des travers de porc, du kangourou et du magret de canard, et dont le chef a gentiment remplacé le cochon par une belle brochette de boeuf.
Pour ma part, ce fut des linguines aux fruits de mer, avec deux St Jacques très bien cuites (c’est à dire translucides) et des camarons encore tremblottants, comme je les aime. La sauce tomate était assurément “maison”, un poil de sel en plus, et voilà comment on se retrouve un peu en Italie dans le coeur de l’Entre Deux.
Où est la Réunion par contre ? C’est vrai que la cuisine gagnerait à être plus tropicale. Mais la clientèle étant essentiellement touristique, on se doute qu’ils s’attendent à des caris, mais aussi aspirent à des plats plus conformes à ce qu’ils veulent.
L’hôtel s’est sûrement adapté, mais nous n’étions pas là pour “tester” mais pour être biens… Un dessert nous a été servi et nous l’avons dégusté à 2 cuillères dans la même assiette, d’une simplicité étonnante pour : un mille feuille revisité mascarpone vanille Bourbon, caramel au beurre salé et un (très bon) croustillant dessous et dessus. Au final, on s’en va main dans la main se reposer en écoutant… le silence, et profiter du calme de ce si paisible village des hauts….
Après le dîner , place au petit déjeuner dans ce joli établissement.
Et bonne surprise. Le buffet est efficace, constitué de confitures artisanales (faites à l’Entre Deux au Tangor, Goyavier, Banane), de bons fromages pays et d’un brie, de yaourts « maison », d’une impressionnante offre de charcuterie de porc que je n’ai pas touchée, des oeufs coque et détaillés en omelette, mini viennoiseries très croustillantes, des cakes fondants, plusieurs types de pain, ou encore des gaufres maison avec plusieurs sortes de miel. Le jus est à la demande et à discrétion, tout comme les boissons chaudes.
Et quand vous vous réveillez, la détente est absolue surtout qu’en fond sonore il y a avait du classique dans nos oreilles… un album délicieux : celui de Vangelis « nocturne » avec un morceau que j’affectionne particulièrement Mythodea – Movement 9 par Irina Valentinova
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Gastronomic © Copyright 2020. Tous droits réservés.
Close
X