ON A TESTE POUR VOUS : le “Boma” du Lodge Tamarin

726

Bon… verdict : “peut assurément mieux faire”. Et Gastronomic le dit avec toute la bienveillance du monde car lors de notre passage, cette “reprise” de la formule  “BOMA” au Lodge Tamarin n’était clairement pas convaincante.

Le Boma est en swahili le terme qui désigne la clôture « qui entoure la zone où les gens mangent un repas convivial” (pour les protéger des animaux sauvages) autour d’un feu de camp avec évidemment, comme attendues “des spécialités sud africaines”.  Traditionnellement les anciens du village se réunissaient pour célébrer ou débattre de quelque chose dans leur communauté.

Alors la clôture y était, le feu aussi (dommage qu’il n’ait jamais été renouvelé de la soirée) , le sable aussi (on peut y dîner carrément pieds nus en laissant danser ses orteils sous la table), mais.. le reste n’y était pas.

Nous dirons simplement dans un premier temps, qu’il y avait un sérieux problème de cohérence dans le menu d’une soirée annoncée comme “ambiance Out of Africa”, et ce qui a été proposé et puis… quelques soucis de réglages, comme une playlist entrecoupée de pub Youtube. Lorsque l’on arrive, et  qu’on entend la puissante voix de Khadja Nin s’élever, on est heureux.  On se dit “chouette, on va avoir droit à une jolie playlist”… sauf que la playlist est sur Youtube, et entrecoupée à chaque morceau d’une pub pour de la finance, de l’immobilier, Booking… et que c’est le serveur quand il y pense, qui rectifie le tir à … chaque fois. On rit une fois, puis deux, ensuite… on se dit que c’est quand même un peu limite.

Donc, on retire ses chaussures et on est donc assis maintenant les pieds dans le sable, et on se voit proposer un jus de fruit , alcoolisé ou pas : c’est vous qui décidez.

Les amuses bouche arrivent.

On les espéraient un peu originaux, et sud africains…c’est du 100% créoles. Nous disons et nous nous engageons à le dire : quand une personne paie 65 euros un repas spécifique, ce n’est pas pour que soit posé devant lui 1 bouchon, 2 bonbon piment et 1 samoussa froid et spongieux. Même des chips de patate douce (on est en pleine saison) auraient fait l’affaire. Histoire de dépayser un peu…..

Les entrées sont … interpellantes aussi.

Un crémeux de maïs dans le thème. Mais le souci arrive pour le 2eme choix :   un tartare de thon au foie gras (euh….) ? Alors déjà le tartare, on cherche la cohérence, mais allié à un foie gras… le mélange des genres était vraiment peu convaincant. Mou sur mou… citron pas punchy pour apporter un peu d’acidité.

Et là, on se met vraiment à craindre pour la suite.

Ca n’engage que nous, mais… il est si facile de trouver (quasi au même prix ou légèrement au dessus avec la remise professionnels) des viandes un peu exotiques alors faites un petit carpaccio de sirloin… prenez un bout de zébu, grillez le minute devant le client, l’autruche se trouve aussi très facilement, pour le boeuf, prenez le temps, faites un bobotie… c’est si simple de faire différent.

Aller au BOMA, pour manger 1 saucisse de poulet (de chez Ducheman), ou encore une brochette de boeuf cuite hyper à l’avance (arrivée FROIDE et DURE dans l’assiette), voir le cuisinier qui est derrière ses bac Inox la soirée entière sans montrer son art… mais quel dommage !!!! Mention spéciale pour les crevettes qui elles, étaient translucides, délicieuses, et la sauce passion, magnifiquement réalisée.

Pour résumer, cette soirée manquait d’âme.  D’âme “cuisine”, d’âme service avec des serveuses adorablissimes, mais timides, un peu… sur la réserve… le but c’est quand même de rire de passer un très bon moment…

Alors lâchez vous la prochaine fois, c’est un BOMA.

Grillez nous la viande,  version “minute” , enfumez les clients de volutes extra , ravivez la flamme au milieu du cercle, proposez du vin d’Afrique du Sud en suggestion, emmenez nous là bas (vous avez déjà le Lodge… alors allons y à fond dans le thème) … et mettez du soin à virer Youtube au profit d’une clef USB sans pub, ce sera tellement mieux.

Même un simple barbecue ferait vraiment l’office et nous permettrait de vraiment mieux manger… chaud et goûteux… et tendre aussi (c’est important).

Voici l’assiette qui nous a été servie : brochette froide, de boeuf, trop dur, saucisses de poulet & camarons, avec les sauces.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Gastronomic © Copyright 2020. Tous droits réservés.
Close
Gastronomic