TESTE POUR VOUS : le restaurant “Nirvâna” en bordure de falaise, à Saint Joseph

245

Niché dans une ancienne maison, perchée sur une falaise surplombant la cascade Jacqueline, voici créé le restaurant le Nirvâna. Quand on y va, on est absolument ravis. Il faut prendre le premier rond point de Langevin, se diriger vers la Digue et le Débarcadère, vous tomberez sur cette case à étage complètement atypique.

Vous montez à l’étage, découvrez la vue spectaculaire, et c’est dans une cour gravillonnée à plusieurs niveaux que les tables plastiques et chaises du même acabit sont entreposées, avec un beau respect des distances.

Et là, on découvre une serveuse supersonique, souriante, qui court partout avec efficacité et une carte tournée résolument vers les caris avec même une jolie friture de guêpes au menu.

Nous testons la salade de chou de coco, qui arrive dressée en piton, très généreuse, et extrêmement bien coupée et assaisonnée. Du citron vert, du sel, de l’huile, c’est frais et délicieux.

La suite… nous ravira moins. Est ce un petit souci de cuisson ? Nous avons testé 3 caris.

Le poulet, les bichiques, et le zourite en civet. Les trois nous ont déçus. Pourquoi ? Parce que le poulet, certes bien cuit, avait une sauce sans relief. Comme si c’était, comme on dit en créole “chaudé”. Les bichiques ? En l’eau, alors que la tradition fait que le cari soit être sec, et croûté. Comme ce sont des bichiques achetés surgelés, on a cet arrière goût trop fort accentué par une sauce qui n’aurait pas du être là… Place au 3eme : le civet zourite, et là encore problème. Le poulpe est tendre, là n’est pas le souci,mais c’est … tout le reste qui l’est. Des oignons translucides et encore croquants. Des tomates encore entières… et pas fondues, là encore un effet de “chaudé”, qui fait que le vin est trop fort, pas cuit.

Quelque part, on s’en fiche un peu, car on est venu pour le “moment” passé dans cet endroit original, mais reconnaissons que nous aurions préféré nous régaler aussi à ce niveau avec des cuissons bien maîtrisées. Et c’est dommage, car le maître mot là bas est la générosité. Ils vous servent dans des marmites de belle taille, et le reste : riz, lentilles (très bien assaisonnées) et rougail sont vraiment bons.

Bref, poussez un peu plus les cuissons pour les sauces et ce devrait être parfait la prochaine fois :)))

On vous conseille en fin de repas de digérer en prenant le sentier près du Débarcadère, avec des gouffres impressionnants, une jolie forêt de poivriers et l’accès au bout de 15 minutes de marche à la Cascade Jacqueline d’une beauté à couper de souffle et dont les eaux se jettent en contrebas dans la mer dans un contraste d’eaux magnifique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Gastronomic © Copyright 2020. Tous droits réservés.
Close
Gastronomic
X